allure

allure

allure [ alyr ] n. f.
• 1170; de aller
1Vitesse de déplacement. « Sa fébrilité lui avait fait accélérer l'allure » (Martin du Gard). Rouler à toute allure, à vive allure. Forcer son allure. Loc. fam. À l'allure où vont les choses, de la façon dont elles changent (rapidement).
2Manière d'aller, de se déplacer. démarche, 2. marche, 1. pas. « L'allure noble qu'on appelle un pas d'ambassadeur » (Balzac). Spécialt Les allures du cheval. Allures naturelles (pas, trot, galop), défectueuses (amble, aubin), acquises (par le dressage : pas d'école, passage, etc.).
Par anal. Direction que suit un navire par rapport à celle du vent. Allures de près, de largue, de vent arrière. Allures de sauvegarde. Les allures et les amures. cape, fuite.
3 Fig. (surtout au plur.) Manière de se comporter. attitude, comportement, façon. Il a une grande liberté d'allures. « Son brûlant esprit d'apostolat s'indignait de mes paisibles allures » (Renan).
4Par ext. Manière de se tenir, de se présenter. maintien. Loc. Avoir belle allure, fière, grande allure. « La distinction de son allure » (A. Gide). Changer d'allure. look.
Absolt Avoir de l'allure, de la distinction, de la noblesse dans le maintien, la tenue. ⇒ classe, prestance. Quelle allure ! Il avait de l'allure, dans ce costume. fam. dégager.
5Fam. Apparence générale d'une chose. 2. air, 1. tournure. Elle a une drôle d'allure, cette maison. fam. touche.
Absolt Avoir de l'allure : impressionner par son apparence (cf. Faire bien, faire bel effet, fam. en jeter). Une robe, une voiture qui a de l'allure, beaucoup d'allure. chic, classe; fam. gueule.

allure nom féminin (de aller) Manière de se déplacer, d'exécuter les mouvements de la marche : Allure légère, pesante. Vitesse à laquelle quelqu'un, un véhicule se déplacent : Rouler à une allure réduite. Rythme auquel agit, travaille quelqu'un : À cette allure, vous n'aurez jamais terminé ce soir. Manière qu'a quelqu'un de se tenir, de se présenter, dans ce qu'elle a de caractéristique ; maintien, attitude : Allure élégante, distinguée, désinvolte. Aspect, caractère général de quelque chose : Une ruine d'allure moyenâgeuse. Manière dont évoluent les choses, les événements ; tournure : Un accident qui prend l'allure d'une catastrophe. Marine Position relative d'un navire, faisant une route donnée, par rapport au vent régnant. (Elle détermine l'orientation de la voilure.) Métallurgie Mode de conduite d'un appareil de fusion ou de réchauffage. Zoologie Chacune des façons différentes de marcher, courir ou sauter d'un mammifère. ● allure (expressions) nom féminin (de aller) Familier. À toute allure, à grande vitesse. Avoir grande allure, avoir de l'allure, avoir de la distinction, de la classe ; en parlant de quelque chose, avoir de l'élégance, du style. ● allure (synonymes) nom féminin (de aller) Manière de se déplacer, d'exécuter les mouvements de la marche
Synonymes :
- démarche
- pas
Vitesse à laquelle quelqu'un, un véhicule se déplacent
Synonymes :
Rythme auquel agit, travaille quelqu'un
Synonymes :
Manière qu'a quelqu'un de se tenir, de se présenter, dans...
Synonymes :
- air
- façon
- manière
Aspect, caractère général de quelque chose
Synonymes :
Manière dont évoluent les choses, les événements ; tournure
Synonymes :

allure
n. f.
d1./d Vitesse. Marcher à vive allure.
d2./d Aspect, apparence. Un individu aux allures louches. La discussion prit l'allure d'une querelle.
|| Avoir de l'allure: avoir de la prestance, de l'élégance, de la classe (en parlant d'une personne); de la beauté, de l'originalité, de l'harmonie (en parlant d'une chose). Ce projet a de l'allure.
(Québec) Avoir du jugement, du savoir-vivre (en parlant d'une personne); être vraisemblable, sensé (en parlant d'une chose).
(Belgique, Luxembourg) (Employé surtout négativement.) Fam. Avoir de l'allure: avoir du savoir-faire, du soin, dans une activité. Elle n'a pas d'allure pour tenir son ménage: elle tient mal sa maison.
|| Sans allure: (Belgique, Fam.) dont la présentation est négligée, dont le travail laisse à désirer; (Québec) qui manque de jugement, de savoir-vivre.
Subst. (Belgique) Fam. Un(e) sans-allure.
d3./d MAR Orientation d'un navire à voiles par rapport à la direction du vent.

⇒ALLURE, subst. fém.
I.— Manière d'aller, de se mouvoir.
A.— Rare ou vieilli. [Sans idée de vitesse]
1. [En parlant d'une pers.] Allure souple :
1. Et, la regardant de côté, il lui trouvait l'allure souple et ferme qu'il aimait. Il remarquait la petite secousse que par instants sa tête volontaire donnait aux brins de gui piqués à sa toque.
A. FRANCE, Le Lys rouge, 1894, p. 74.
2. Il suffisait de voir cette face à peau luisante, les yeux un rien ahuris, et la bouche entr'ouverte, à la façon des pitauds de campagne. Et surtout cette allure démanchée comme si les quatre membres avaient du jeu...
H. POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Château des sept portes, 1922, p. 22.
Rare. Une allure de tête. Une manière de faire aller la tête, un port de tête (cf. Ch. BAUDELAIRE, Paradis artificiels, Un Mangeur d'opium, 1860, p. 408).
2. [En parlant d'un animal] :
3. ... il [le jeune homme] lança au grand trot son cheval dont l'allure saccadée faisait sauter les deux femmes.
G. DE MAUPASSANT, Une Vie, 1883, p. 235.
Rem. ,,En parlant du cheval, il [le mot allure] s'emploie quelquefois au pluriel.`` (Ac. t. 1 1932) :
4. Louis de Camors (...) descendait vers Paris aux grandes allures de son trotteur Fitz-Aymon...
O. FEUILLET, Monsieur de Camors, 1867, p. 30.
Un bidet d'allure. Cf. bidet.
Spéc., VÉN. ,,T[ou]j[ours] au pl[ur.], traces laissées par le pied d'une bête, mais considérées uniquement au point de vue de la distance et de la position des pieds de derrière par rapport à ceux de devant.`` (REMIG. 1963).
Rem. 1. Emploi attesté cependant au sing. ds QUILLET 1965 : ,,Allure du gibier, manière dont le gibier a l'habitude de poser ses pieds en marchant ...`` 2. Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill. indiquent aussi l'emploi ainsi défini : « endroit par où elles (les bêtes fauves) ou il (le cerf) passe(nt) », emploi que conteste fortement REMIG. 1963 et qu'il attribue à un contresens de Balliot du Pré.
MÉTALL. ,,Manière dont s'effectue le cycle de chauffage ou de refroidissement d'un four qu'il soit de fusion ou de traitement thermique.`` (BADER-TH. 1962) :
5. Stérilisateur électrique (110 volts) en cuivre nickelé, à deux allures (air sec ou ébullition), de 14 X 6 X 4,5 cent.
COLLIN, Catalogue d'instruments de chirurgie, 1835, p. 437.
B.— [Avec une idée de vitesse] Allure rapide; modérer l'allure.
1.— [En parlant d'une pers.]
6. ... j'observai que la marche m'entretient souvent dans une vive production d'idées, avec laquelle elle manifeste parfois une sorte de réciprocité : l'allure excitant les pensées, les pensées modifiant l'allure; l'une fige le marcheur, l'autre presse son pas.
P. VALÉRY, Variétés 5, 1944, p. 93.
Au fig.
7. 27. Jusqu'à présent j'ai cherché à me mettre au ton de tout le monde et, dans les sociétés où j'ai vécu, avec les hommes que j'ai fréquentés, j'ai tâché de courir pour rattraper les plus lestes ou de m'élancer à la hauteur des hommes supérieurs à moi, c'était une fatigue, une tension qui me mettait mal à l'aise. Maintenant je marche mieux à mon pas; j'ai mon allure, et je laisse les autres s'en aller seuls, si je ne puis pas les suivre sans effort; je suis plus moi-même, j'ai plus d'aplomb.
MAINE DE BIRAN, Journal, 1815, p. 83.
Rem. À propos du syntagme à toute allure, cf. HANSE 1949 : ,,À toute allure paraît (...) n'avoir aucun sens. Il faudrait dire : à vive allure. Mais à toute allure paraît aussi acceptable qu'à toute bride, à toutes jambes.`` Cf. encore en toute hâte, à toute vitesse. Tout signifie ici « poussé à son maximum possible » comme dans d'autres où tout est construit sans art. avec un nom abstr. au sing. : donner toute satisfaction, en toute sûreté, etc.
2. [En parlant d'un animal, en partie du cheval] :
8. Les chevaux bien restaurés montrèrent beaucoup d'ardeur, et, presque tout le temps, ils se maintinrent à l'allure du petit galop de chasse.
J. VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 1, 1868, p. 186.
3. [En parlant d'un moyen de locomotion] Synon. vitesse :
9. As-tu songé à ce qu'avait dû être mardi dernier le duel de Duray et de Lancia, qui ont marché pendant trente kilomètres la roue dans la roue à une allure de 160 ou 180 à l'heure, et le moment où Duray, au péril de sa vie, a dépassé l'autre dans un virage qu'il a pris en dehors.
J. RIVIÈRE, ALAIN-FOURNIER, Correspondance, lettre de J. R. à A.-F., juill. 1907, p. 187.
P. anal. [En parlant de choses susceptibles d'un certain rythme (de fonctionnement)] :
10. ... si les choses vont à cette allure, je crains que ça ne coûte très cher.
G. DUHAMEL, Journal de Salavin, 1927, p. 48.
11. Ce fonctionnement [de la Base Universitaire du Centre Méditerranéen] assurera la marche régulière de notre établissement, ce qu'on peut nommer son allure de régime.
P. VALÉRY, Regards sur le monde actuel, 1931, p. 309.
Emplois spéc.
MÉTALL. ,,Vitesse à laquelle marchent différents appareils industriels, en particulier le haut-fourneau : allures froide, chaude, rapide.`` (DUVAL 1959). Cf. p. ex. allure de la chaudière (L. SER, Traité de physique industrielle, t. 2, 1980, p. 167).
PHONÉT. Allure du débit :
12. ... l'allure de l'énoncé (dire aussi parfois mouvement), (...) selon qu'elle est lente (...) ou rapide (...) ou saccadée (...), peut être invoquée pour expliquer certains traitements phonétiques exceptionnels (...)
MAR. Lex. 1951.
PSYCHOL. (organ. du travail). Jugement d'allure. ,,En matière d'organisation du travail, appréciation de la vitesse d'exécution de certains actes en fonction des normes adoptées. C'est le chronométrage qui objective ce jugement.`` (PIÉRON 1963).
II.— P. ext. et au fig. Manière dont se présente une personne ou une chose.
A.— [En parlant d'une pers. ou de ce qui lui est propre]
1. Manière de se tenir ou de se comporter :
13. Nous n'avons peut-être, ni vous, ni moi, par l'allure de notre caractère et le tour de notre esprit ce qu'il faut pour bien apprécier ses qualités [de Villèle], mais soyons justes...
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Correspondance générale, t. 2, 1789-1824, p. 176.
14. L'essentiel, en ces courtes fantaisies [les ballades de Victor Hugo], c'est l'allure, la tournure, la dégaine cléricale, monacale, royale, seigneuriale, du personnage, et sa haute couleur.
Ch.-A. SAINTE-BEUVE, Vie et pensées de Joseph Delorme, 1829, p. 147.
15. De l'autre côté de la montagne au pied de laquelle gît notre village abandonné, il est impossible de labourer avec des charrues à roues, les terres n'ont pas assez de fond; eh bien, si le maire de cette commune voulait imiter notre allure, il ruinerait ses administrés, je lui ai conseillé de faire des vignobles; et, l'année dernière, ce petit pays a eu des récoltes excellentes, il échange son vin contre notre blé.
H. DE BALZAC, Le Médecin de campagne, 1833, p. 59.
16. Je lui ai dû certainement, quand j'étais enfant, ma meilleure notion de ce qu'était une « cocotte », comme je disais alors. Telle je l'ai retrouvée à Calais, toujours très mince et très brune, avec les mêmes allures dégagées. Elle avait laissé tout à fait de côté sa pose de femme mariée et de mère de famille, pour n'être plus, dans mes bras, qu'une femme charmante.
P. LÉAUTAUD, In memoriam, 1905, p. 188.
17. Il semble d'ailleurs n'y avoir aucun rapport entre la virulence de ces parasites et l'allure clinique de la maladie humaine...
BRUMPT, Précis de parasitologie, 1910, p. 131.
18. Il examinait son frère avec stupéfaction, s'efforçant d'analyser ce changement complet d'aspect, d'allure, de physionomie, qui paralysait son élan.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, Le Pénitencier, 1922, p. 690.
Avoir grande, fière allure; avoir des allures mystérieuses :
19. Nous autres, pauvres comédiens, ombres de la vie humaine et fantômes des personnages de toute condition, à défaut de l'être, nous avons au moins le paraître, qui lui ressemble comme le reflet ressemble à la chose. Quand il nous plaît, grâce à notre garde-robe où sont tous nos royaumes, patrimoines et seigneuries, nous prenons l'apparence de princes, hauts barons, gentilshommes de fière allure et de galante mine. Pour quelques heures nous égalons en bravoure d'ajustements ceux qui s'en piquent le plus...
T. GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 96.
20. Saint-Cyran ne veut que le bien. Il est vrai que, par ses allures mystérieuses, ses airs de prophète, ses propos inconsidérés, ce malade inquiète à bon droit les clairvoyants.
H. BREMOND, Hist. littéraire du sentiment, t. 4, 1920, p. 421.
2. Absol. Avoir de l'allure. Avoir de la distinction, de la classe; d'où allure, distinction, élégance :
21. Il était vraiment encore bel homme, bien que tout gris. Haut, svelte, élégant, sans ventre, le visage maigre avec une fine moustache de nuance douteuse, qui pouvait passer pour blonde, il avait de l'allure, de la noblesse, de la distinction, ce chic enfin, ce je ne sais quoi qui établit entre deux hommes plus de différence que les millions.
G. DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Fini, 1885, p. 1015.
22. L'insolite vocation de mon père s'explique, je crois, par son statut social. Son nom, certaines relations familiales, des camaraderies d'enfance, des amitiés de jeune homme le convainquirent qu'il appartenait à l'aristocratie; il en adopta les valeurs. Il appréciait les gestes élégants, les jolis sentiments, la désinvolture, l'allure, le panache, la frivolité, l'ironie.
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 36.
Gén. au plur. et péj. Avoir des allures.
Vx. ,,Avoir un commerce secret de galanterie.`` (BESCH. 1845).
Rem. Attesté ds Ac. 1835-1878, LITTRÉ, GUÉRIN 1892.
♦ Manigancer des intrigues, des mauvais coups :
23. « Sitôt sa mission politique remplie, l'inspecteur Javert s'assurera, par une surveillance spéciale, s'il est vrai que des malfaiteurs aient des allures sur la berge de la rive droite de la Seine, près le pont d'Iéna. »
V. HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 342.
Prendre des allures. Prendre des manières trop libres. Il prend de ces allures! :
24. [Mme Pipelet :] c'est une maison on ne peut pas plus embêtante [par la dévotion] ... où il n'y a jamais de risque qu'une jeune fille prenne des allures.
E. SUE, Les Mystères de Paris, t. 5, 1842-1843, p. 279.
25. Oh! Ne faites pas la terrible, Madame! Sur mon ame, je ne vous crains pas! Je sais vos allures. Je ne me laisserai pas empoisonner comme votre premier mari, ce pauvre gentilhomme d'Espagne dont je ne sais plus le nom, ni vous non plus!
V. HUGO, Lucrèce Borgia, 1833, II, part. 1, 4, p. 102.
B.— [En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Prendre l'allure (de), avoir l'(une, les) allure(s) de; avoir grande allure, avoir de l'allure.
1. [Concerne une chose concr.] :
26. Quelques jours après cette rencontre, Albert de Morcerf vint faire visite au comte de Monte-Cristo dans sa maison des Champs-Élysées, qui avait déjà pris cette allure de palais que le comte, grâce à son immense fortune, donnait à ses habitations même les plus passagères.
A. DUMAS père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 787.
Spécialement
MAR. ,,Direction que suit un navire par rapport à celle du vent. Par extension se dit de la disposition de la voilure pour suivre cette route`` (GRUSS 1952) : ,,allure vent arrière, allure du largue, etc. Allure du plus près (...). Allure du petit largue (...). Allure du largue ou vent de travers (...). Allure du grand largue (...). Allure du vent arrière (...)`` (GRUSS 1952) :
27. ... la Tankadère navigua dans les passes capricieuses de Hong-Kong, et sous toutes les allures, au plus près ou vent arrière, elle se comporta admirablement.
J. VERNE, Le Tour du monde en quatre-vingts jours, 1873, p. 114.
MINÉR. ,,Disposition générale d'un gisement au point de vue de la pente, de l'orientation, de l'épaisseur.`` (Lar. encyclop.) :
28. Les couches de houille présentent, en général (...) une grande régularité d'allure et de remplissage...
J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des mines, 1905, p. 118.
2. [Concerne un art, une chose abstr., etc.] :
29. Du Bellay, en effet, qui proscrivait les chansons en faisait de fort jolies, et Marmontel en cite une qu'il compare aux meilleures d'Anacréon et de Marot. On y est frappé, entre autres mérites, de la libre allure, et en quelque sorte de la fluidité courante de la phrase poétique, qui se déroule et serpente sans effort à travers les sinuosités de la rime...
Ch.-A. SAINTE-BEUVE, Tableau hist. et crit. de la poésie française et du théâtre français au XVIe siècle, 1828, p. 60.
30. Je crois que le poussait l'amour moins de chaque homme en particulier que de l'humanité tout entière et, plus abstraitement encore : de la justice. Il donnait à sa charité l'allure d'un devoir social...
A. GIDE, Si le grain ne meurt, 1924, p. 512.
31. Considérer ce qui a été trouvé comme ce qui devait être cherché. Et donc essayer si l'allure, la nature, la figure générale de ce qui a été trouvé jusqu'ici, ne devrait pas modifier le sens accoutumé de nos recherches?
P. VALÉRY, Tel quel I, 1941, p. 93.
3. [Concerne une valeur boursière] :
32. ... bien souvent, les actionnaires ne connaissent à aucun degré le fonctionnement réel de l'entreprise possédée par eux. Ils ne l'ont jamais vue fonctionner. Ils en ignorent le mécanisme technique et économique. Ils n'en savent ou ils n'en demandent qu'une chose : que rapporte-t-elle? Quel en est le dividende? Quelle en est l'allure sur le marché des valeurs?
J. JAURÈS, Études socialistes, 1901, p. 257.
Prononc. ET ORTH. :[]. FÉR. Crit. t. 1 1787 écrit : allûre ou alûre et recommande l'emploi d'un accent circonflexe sur le u (FÉR. 1768 : allure).
Étymol. ET HIST. — Ca 1170 aleure « vitesse de déplacement, train, marche » (Vie de St Gilles, 918 ds DG : Grant aleure veit la nef); 1174 alure « id. » (Th. le Mart., 47 ds GDF. Compl. : Grant alure s'en est a la porte venuz); 1532 « façon de se comporter » (RABELAIS, Pantagruel, IV, 38 ds Dict. hist. Ac. fr. t. 2 1884, p. 762 : Elle [Melusine] toutes foys [son corps se terminant en serpent] avoyt alleures braves et guallantes).
Dér. de aller; suff. -ure.
STAT. — Fréq. abs. litt. :2 093. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 911, b) 3 040; XXe s. : a) 4 262, b) 3 931.
BBG. — BADER-TH. 1962. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BARBER. 1969. — BAUDR. Chasses 1834. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BONNAIRE 1835. — BOUILLET 1859. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — CHESN. 1857. — DAIRE 1759. — DAM.-PICH. Gloss. 1949. — DUP. 1961. — DUVAL 1959. — ESN. Poilu 1919. — FÉR. 1768. — GEORGIN (R.). Le Français au Canada. Déf. Lang. fr. 1969, n° 47, p. 44. — Gramm. t. 1 1789. — GRUSS 1952. — GUIZOT 1864. — HANSE 1949. — JAL 1848. — LACR. 1963. — LAF. 1878. — LE BRETON Suppl. 1960. — LE CLÈRE 1960. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — MAR. Lex. 1961 [1951]. — NOTER-LÉC. 1912. — NYSTEN 1814-20. — PIÉRON 1963. — POHL (J.). La Maison dans les français marginaux. Vie Lang., 1969, n° 203, p. 80. — POPE 1961, § 562, 1132. — PRÉV. 1755. — REMIG. 1963. — SARDOU 1877. — SOÉ-DUP. 1906. — SOMMER 1882. — Synon. 1818. — WILL. 1831.

allure [alyʀ] n. f.
ÉTYM. 1170, aleure; alure, 1174; de aller.
1 a Vitesse de déplacement, de progression (au cours d'une action, d'un mouvement, d'une activité, d'un déplacement…). Cadence. || Allure lente ou rapide. || Accélérer, forcer, précipiter, ralentir, maintenir son allure. || L'allure d'un ouvrier au travail.(Avec à…). || Rouler à faible allure, à vive allure, à toute allure ( Vitesse). || À cette allure, la réunion ne sera pas finie avant demain matin. Train.
1 À trois heures, il défilait à l'allure d'un chasseur à pied dans la gare de Melun (…)
Martin du Gard, les Thibault, VII, p. 72.
1.1 En revanche j'ai dû être de loin parmi les coureurs les plus rapides que la terre ait jamais portés, sur une courte distance, cinq ou dix mètres, une seconde et j'étais rendu. Mais je ne pouvais pas tenir à cette allure, non pas faute de souffle, c'était mental, tout est mental, chimères.
S. Beckett, Têtes mortes, p. 15.
b Manière d'aller, de se déplacer. Démarche, marche, pas. || Allure légère, lourde, pesante. || L'aisance de son allure. || « L'allure noble qu'on appelle un pas d'ambassadeur » (Balzac).
(XIIe). Spécialt. || Les allures du cheval. || Allures naturelles (pas, trot, galop), défectueuses (amble, aubin, traquenard), acquises (par le dressage : pas d'école, passage, etc.).
c Fam. Manière dont les choses évoluent.Loc. À l'allure où vont les choses : de la façon dont elles changent (rapidement)…
d (1873, J. Verne). Mar. Direction que suit un navire par rapport à celle du vent. || Allures de près, de largue, de vent arrière. || Allures portantes. || Allures de sauvegarde. 1. Cape (I., 3. : être à la cape), fuite. || Les allures et les amures (2.).
e Techn. (Sans idée de vitesse). Manière dont s'effectue un cycle de chauffage, de refroidissement.
2 a (1532). Manière de se tenir, de se comporter; caractère général de l'apparence d'une personne (jugée d'après des critères culturels). Air, apparence, aspect, extérieur, ligne, silhouette, touche (fam.), tournure. || Avoir belle allure, l'allure toujours jeune.
2 Il affectait en vain de prendre l'allure des petits-maîtres; c'était une très mauvaise copie de ces excellents originaux (…)
A. R. Lesage, Gil Blas, III, 4.
2.1 J'ai le plus grand mal à ne pas être trop courtois, et même un peu plat devant un chef musulman; la noblesse de son allure, du moindre de ses gestes m'en impose plus que les titres les plus ronflants.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 826.
Absolt. || Avoir de l'allure, de la distinction, de la noblesse dans le maintien (→ Avoir de la branche, de la classe…).
2.2 Un terme, le terme « d'allure », court-il tout à coup de bouche en bouche, en 1730 ? vite, ce sont des éventails et des rubans à l'allure, si goûtés qu'on les porte même pendant le deuil pris à la cour pour la mort du roi de Sardaigne.
Ed. et J. de Goncourt, la Femme au XVIIIe siècle, II, p. 58.
Régional (Wallonie). || Avoir de l'allure, « du savoir-faire, de l'ordre dans son activité ménagère ou manuelle » (Hanse, qui condamne l'expression).
b Fig. (Surtout au plur.). Manière de se comporter. || Liberté d'allures. || Allure affectée, altière, désinvolte, digne, grave, légère, posée… Air, attitude; comportement, conduite, façon. || Avoir une vilaine allure (→ Marquer mal).
2.3 Malgré la chaleur et la diète, je me sens si bien remis de mon indisposition (…) que, demain, je reprends mes anciennes allures et mes travaux nocturnes, moyennant le café bien entendu.
Balzac, Correspondance, 30 juil. 1846, t. II, p. 264-265 (1876).
3 (…) je me défie toujours des allures des gens paresseux.
Mme de Sévigné, 566.
4 (…) l'allure d'un acteur du répertoire qui va jeter sa bourse à quelque valet.
Martin du Gard, les Thibault, III, 1.
Absolt. || Avoir des allures, des allures singulières, suspectes.
Spécialt., (vx). || Des allures : des manières trop libres. || Une jeune fille qui prend des allures.
3 Fam. Apparence générale (d'une chose). || Elle a une drôle d'allure, cette maison. || Cette affaire prend mauvaise allure. Tournure.
5 La Société procède comme l'océan, elle reprend son niveau, son allure après un désastre, et en efface la trace par le mouvement de ses intérêts dévorants.
Balzac, Une ténébreuse affaire, Pl., t. VII, p. 616.
6 (Notre langue n'a pas) les mignardises de la langue italienne, son allure est plus mâle.
Rivarol, Disc. sur l'universalité de la langue franç.
7 Venez voir… mais c'est affreux… ça gâche tout… regardez l'allure que ça a là-dessus, cette poignée de porte et cette plaque de propreté (…)
N. Sarraute, le Planétarium, p. 15.
Ça a de l'allure, beaucoup d'allure. || Son bouquin, sa réaction n'a aucune allure.
DÉR. Allural, alluré.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Поможем решить контрольную работу

Regardez d'autres dictionnaires:

  • alluré — allure [ alyr ] n. f. • 1170; de aller 1 ♦ Vitesse de déplacement. « Sa fébrilité lui avait fait accélérer l allure » (Martin du Gard). Rouler à toute allure, à vive allure. Forcer son allure. Loc. fam. À l allure où vont les choses, de la façon… …   Encyclopédie Universelle

  • allure — ALLURE. s. f. Démarche, façon de marcher. Contrefaire son allure. Je le reconnus à son allure. Ce chevala une allure fort douce. [b]f♛/b] En ce sens propre il n est d usage au pluriel qu en parlant Des chevaux. Ce cheval a les allures belles, de… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Allure — may refer to:* Allure , the power to attract or entice; the quality causing attraction; * Allure (magazine), an American women s beauty magazine; *Allure (group), an American R B quartet; ** Allure (album), the group s 1997 debut; *A song by Jay… …   Wikipedia

  • Allure — (Байрон Бей,Австралия) Категория отеля: 4 звездочный отель Адрес: 5 Cavanbah St, Belongil Bea …   Каталог отелей

  • Allure — Al*lure , v. t. [imp. & p. p. {Alluded}; p. pr. & vb. n. {Alluring}.] [OF. aleurrer, alurer, fr. a (L. ad) + leurre lure. See {Lure}.] To attempt to draw; to tempt by a lure or bait, that is, by the offer of some good, real or apparent; to invite …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Allure — steht für: Allure (Band), US amerikanische R B Band Pseudonym des niederländischen Trance DJ Tiësto Siehe auch: Allüre Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit …   Deutsch Wikipedia

  • Allure — Al lure , n. [F.; aller to go.] Gait; bearing. [1913 Webster] The swing, the gait, the pose, the allure of these men. Harper s Mag. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Allure — es una revista estadounidense de belleza femenina. Fue creada en 1991 y su editora es Linda Wells. La publicación abarca diferentes tópicos, todos relacionados con la belleza. Allure es publicada mensualmente por Condé Nast Publications en Nueva… …   Wikipedia Español

  • allure — (v.) c.1400, from Anglo Fr. alurer, O.Fr. aleurer to attract, captivate; train a falcon to hunt, from à to (see AD (Cf. ad )) + loirre falconer s lure, from a Frankish word (see LURE (Cf. lure)), perhaps influenced by Fr. allure gait, way of… …   Etymology dictionary

  • allure — [n] appeal attraction, bedroom eyes*, charisma, charm, come hither look*, come on*, enchantment, enticement, glamor, inveiglement, lure, magnetism, seductiveness, temptation, the jazz*; concepts 673,720 allure [v] entice attract, bait, beguile,… …   New thesaurus

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”